Au secours des vitraux de la grotte

Depuis 1983, ce sont les sept vitraux conçus par Pierre Petit, alias Le Tourangeau, disciple de la Lumière, qui accueillent  les visiteurs à l’entrée de la grotte Sainte-Marie-Madeleine à Plan d’Aups Sainte-Baume. Ce compagnon vitrailliste, ou « vitrier » comme il préférait être appelé, a souhaité rendre hommage à la Sainte patronne des compagnons. Six épisodes de la vie de la sainte sont ainsi présentés de part et d’autre de la baie en imposte où est représentée Marie-Madeleine.

Son approche très particulière de création mêle les techniques traditionnelles à une approche contemporaine, voire personnelle : la superposition par collage des pièces de verre teinté vient créer un jeu de lumières et de couleurs et met en valeur des peintures en grisailles parfois retouchées à froid.

Depuis quelques années, l’état de ces vitraux se détériore. Les infiltrations d’eau le long des parois de la grotte, le vent fort, la rare présence du soleil due à une exposition de la grotte au nord … autant de conditions nocives pour un ensemble de vitraux. De nombreux acteurs ont œuvré à sauver l’œuvre du compagnon. Constatant l’accélération de cette dégradation, la commune de Plan d’Aups Sainte-Baume, le Pays d’Art et d’Histoire Provence Verte Verdon et le Parc travaillent ensemble à un projet de restauration le plus respectueux possible de l’existant et du travail de Pierre Petit. Pour ce faire, il faut tout d’abord appréhender les techniques employées mais également la totalité des causes de pathologies afin qu’elles ne se reproduisent plus à l’avenir.

En attendant la dépose et la restauration, des panneaux de protection vont être posés contre les vitraux afin de pallier à d’éventuelles chûtes de morceaux de verre. Il s’agit là à la fois d’une mesure de sécurité pour les visiteurs et d’une mesure de protection de l’objet : les risques de casse sont limités par la présence d’un écran qui retient le réseau de plomb. Si une cassure advenait malgré cela, les morceaux de verre doivent rester accessibles au moment de la dépose pour en retrouver le motif et décider si une réparation est possible ou si une reproduction doit être fabriquée.

Une journée d’échange et de sensibilisation sera organisée dans le courant de l’automne (date à confirmer), journée au cours de laquelle les frères dominicains se proposent de chanter en l’honneur des vitraux. Ces derniers mettent également une boite à disposition des intéressés pour participer au financement de ce projet de sauvetage des vitraux.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×