Natura 2000

Graphisme © Justine Carré

Natura 2000 est une politique environnementale issue de deux Directives européennes “Habitats-Faune-Flore” et “Oiseaux”. Elle a pour objectif la conservation d’espèces et de leurs milieux naturels rares et à protéger à l’échelle de l’Union européenne. Ces espèces et milieux sont alors qualifiés “d’intérêt communautaire”.

Natura 2000 est une politique environnementale issue de la Directive Européenne « Habitats, Faune, Flore » et de la Directive « Oiseaux ». Ces Directives listent les milieux naturels et les espèces floristiques et faunistiques d’intérêt communautaire c’est-à-dire considérés comme rares et à protéger à l’échelle de l’Union européenne. Chaque pays membre a la responsabilité de la préservation de cette biodiversité. Il désigne ainsi sur son territoire un réseau de sites Natura 2000 où ces milieux naturels et espèces d’intérêt communautaire sont présents.

Natura 2000 en France

Sur le territoire français, plus de 1750 sites Natura 2000 couvrent près de 13% du territoire.

La France, plutôt que de créer une nouvelle protection réglementaire restrictive, a choisi de gérer ces sites par la voie de la concertation et de la contractualisation. Un Comité de pilotage (COPIL) est constitué pour chaque site Natura 2000 et réunit l’ensemble des acteurs concernés par le site. Il est présidé par un élu local et constitue l’organe de décision du site.

Un Document d’objectifs (DOCOB) est réalisé pour chaque site Natura 2000. Il présente un état des lieux des enjeux écologiques et socio-économiques ainsi que des objectifs et une stratégie de gestion. Le DOCOB est construit et rédigé en concertation avec l’appui de groupes de travail locaux et validé par le COPIL. Différentes actions de préservation des milieux et des espèces, d’études scientifiques ou encore de sensibilisation peuvent alors être mises en œuvre sur les sites Natura 2000. Les acteurs du territoire ont alors la possibilité de s’engager dans la démarche « Natura 2000 » en bénéficiant de différents outils financiers (charte Natura 2000, contrats Natura 2000, mesures agro-environnementales) permettant de contribuer à la préservation des habitats et espèces d’intérêt communautaire.

Natura 2000 en Sainte-Baume

Natura 2000 en Sainte-Baume

La Sainte-Baume est concernée par 4 sites Natura 2000 :

  • Le site « Massif de la Sainte-Baume »
  • Le site « Sainte-Baume occidentale »
  • Le site « Mont Caume – Mont Faron – Forêt domaniale des Morières »
  • Le site « Falaise du Mont Caume »

Les sites Natura 2000 « Mont Caume – Mont Faron – Forêt domaniale des Morières » et « Falaises du Mont Caume » couvrent 12 000 hectares. L’animation de ces sites Natura 2000 a été confiée à la communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée.

La chaîne de la Sainte-Baume est quant à elle concernée par les deux sites Natura 2000 « Massif de la Sainte-Baume » et « Sainte-Baume occidentale » qui couvrent environ 17 000 hectares et dont l’animation a été confiée au Syndicat mixte de préfiguration du PNR de la Sainte-Baume.

Un premier site Natura 2000 avait été désigné en 2006 et couvrait une partie de la forêt domaniale de la Sainte-Baume sur 2 164 hectares. Afin de mieux prendre en compte le patrimoine naturel de ce territoire, le site a été étendu en 2016 sur 12 communes et 17 232 hectares au titre de la Directive « Habitats-Faune-Flore » dont 5 872 hectares désignés aussi au titre de la Directive « Oiseaux ». Le secteur géographique concerné s’étend des falaises de Bassan et du Vallon de Saint-Pons à l’ouest jusqu’au Plateau d’Agnis et aux Gorges du Caramy à l’est.

 

18 habitats d’intérêt communautaire ont été identifiés à ce jour. Les plus remarquables sont la hêtraie pluriséculaire, les boisements à If et à Houx, les pelouses et landes, les crêtes à Genêt de Lobel ou encore les sources pétrifiantes avec formation de travertins.

19 espèces d’intérêt communautaire ont été inventoriées à ce jour : chauves-souris, insectes rares liés aux vieux bois ou aux bois morts, Aigle de Bonelli, Ecrevisse à pattes blanches pour les espèces animales ainsi que la Sabline de Provence, plante endémique à la basse Provence.

Le Document d’Objectifs

L’intérêt écologique du massif de la Sainte-Baume a été reconnu à l’échelle de l’Union européenne et intégré dans le vaste réseau européen de sites Natura 2000. Pour mémoire, le Parc naturel régional de la Sainte-Baume est animateur des sites Natura 2000 « Massif de la Sainte-Baume » et « Sainte-Baume occidentale » depuis 2016.  Suite à un travail conséquent de 2 ans ½ d’animation territoriale et de concertation locale menée par le Parc avec l’ensemble des acteurs concernés, le Document d’Objectifs (DOCOB), qui est le document de gestion de ce site, a été validé en Comité de pilotage début juillet 2019.

Ce Comité de pilotage a aussi renouvelé sa confiance auprès de M. Joseph FABRIS, adjoint au Maire de Signes, afin de poursuivre sa Présidence et au Parc pour l’animation des sites pour les trois années à venir. Le Parc naturel régional de la Sainte-Baume est donc entré dans la phase de mise en œuvre de ce Document d’Objectifs qui propose 35 actions de gestion, préservation ou étude des milieux naturels et espèces rares et sensibles.

L’animation du site initiée en parallèle de l’actualisation du DOCOB se poursuit avec l’appui aux porteurs de projets pour l’évaluation des incidences par exemple ou encore la réalisation d’outils de communication.

À ce sujet, une exposition itinérante composée de six panneaux a été réalisée et est visible dans différentes mairies des sites ! Les thèmes abordés permettent de découvrir la politique Natura 2000, ses milieux, les espèces emblématiques et les interactions entre sports de pleine nature et préservation des milieux naturels.

Toutes ces actions d’animation des sites Natura 2000 sont réalisées avec le soutien financier de l’Union européenne via le Fonds Européen Agricole de Développement Rural (FEADER) et de l’État.

La révision du Document d’objectifs et l’animation des sites Natura 2000 ZSC FR 9301606 « Massif de la Sainte-Baume »  et ZPS FR 9312026 « Sainte-Baume occidentale » sont réalisées dans le cadre d’un projet reposant sur la concertation locale et l’animation territoriale. De 2017 à 2019, ce projet bénéficie de financements européens avec le Fonds Européen Agricole de Développement Rural (FEADER) qui s’élèvent à 74 055,84 € soit 53 % du budget total de 139 728 €.

Les sites Natura 2000 “Massif de la Sainte-Baume” et “Sainte-Baume occidental” sont les refuges d’un grand nombre d’espèces animales et végétales. Pour mieux les connaître et ainsi mieux les protéger, l’animateur du site exerce une veille naturaliste constante. Ces connaissances permettent d’adapter les préconisations aux gestionnaires et aux organisateurs de manifestations sportives. En effet, les deux sites Natura 2000 sont situés aux portes de grandes agglomérations (Aix-en-Provence, Toulon et Marseille) et font l’objet d’une forte attraction pour la pratique des sports de nature.

Les manifestations sportives sur les sites Natura 2000

Une grande diversité d’activités sportives est présente tout au long de l’année en Sainte-Baume, avec en particulier de nombreuses manifestations sportives (trail, marathon, VTT, cyclisme sur route, rallye, etc.). Ces événements peuvent avoir un impact significatif sur la faune et la flore sauvage en fonction des zones et types d’activité. L’animateur Natura 2000 etle chargé de mission “Sports de nature” accompagnent les porteurs de projet dans la prise en compte des enjeux biologiques et la réalisation de leurs démarches administratives. Ils peuvent accompagner, avec les écogardes, certaines grosses manifestations lors de leur déroulement pour que les mesures d’évitement soient appliquées, conformément aux préconisations du Parc.

Le suivi et l’accompagnement par le Parc

Afin d’éviter la perturbation ou la destruction d’espèces durant ces manifestations, le Parc suit et accompagne les organisateurs dans la réalisation de leur projet pour les aider à intégrer les enjeux écologiques dans leur parcours. Il met à disposition un Porté à connaissance (PAC), dans le cadre de Natura 2000, qui décrit aux organisateurs les enjeux écologiques généraux liés à sa manifestation.

Puis des cas pratiques sont abordés afin de limiter les impacts sur des secteurs plus précis :

  • limiter les impacts sur des espèces : accompagnement de l’organisateur dans la recherche d’un parcours évitant une zone sensible pour certaines espèces, d’une autre période pour la réalisation de l’événement ou d’un itinéraire de substitution permettant de satisfaire tous les objectifs (sportifs et écologiques).
  • limiter les impacts sur les milieux : des habitats protégés sensibles au piétinement (landes, éboulis, pelouses, etc.) peuvent être présents autour de certains sentiers. Si ces chemins sont peu marqués au sol, le Parc demande aux organisateurs de s’assurer que le balisage du parcours soit très précis sur ces secteurs pour éviter la divagation des participants.

Suivis naturalistes

Le Parc, en tant qu’animateur des sites Natura 2000, met en place des suivis naturalistes afin d’améliorer les connaissances sur certaines espèces à forts enjeux de conservation. Ces connaissances permettent de mieux les protéger, en adaptant les préconisations faites aux gestionnaires et aux organisateurs de manifestations sportives. Voilà quelques exemples de suivis menés actuellement sur le site.

Le Faucon pèlerin

C’est un rapace protégé, très rare sur le territoire du Parc. Après plus d’un siècle d’absence du site Natura 2000, il est revenu nicher en 2016 sur la falaise de la montagne de la Sainte-Baume. Ce rapace est très sensible au dérangement durant la phase de reproduction et peut abandonner son nid et ses oisillons s’il est dérangé trop souvent. Les plus grandes sources de dérangement pour cette espèce sont les randonneurs et les grimpeurs, pouvant s’approcher trop près du nid. Le Parc réalise le suivi du couple de Faucon pèlerin en partenariat avec la LPO, afin de délimiter les zones de quiétude qui seront interdites aux sportifs durant la phase de reproduction (janvier à juillet).

Le Loup

Il est aujourd’hui de plus en plus présent en Provence (Alpes de Haute Provence, Var, Bouche du Rhône, etc.). Le Parc et ses partenaires ne possèdent que très peu de connaissances sur cette espèce présente au sein des sites Natura 2000 de la Sainte-Baume. Pour y remédier, le Parc a mis en place un suivi de la population de loups à l’aide de pièges photographiques. Ces données seront utilisées par l’Office Français de la Biodiversité pour mieux connaître cette espèce et en particulier sa population en Provence.

Les Chauves-souris

On retrouve de nombreuses espèces  sur les sites Natura 2000 qui sont protégées par des directives européennes. En fonction des espèces, elles réalisent plusieurs phases de leur cycle de vie (hibernation, reproduction…) dans des cavités, des grottes, des vieux arbres ou encore dans le vieux bâtis. Il est important de savoir où se trouvent ces habitats afin de permettre à ces espèces de réaliser leur cycle de vie. Pour cela, le Parc organise des suivis d’espèces pour améliorer les connaissances sur les chiroptères au sein des sites Natura 2000. Plusieurs méthodes sont utilisées comme l’étude des ultrasons, le suivi d’individus par la pose de balises ou la recherche directe de colonies dans des habitats potentiels.

Le réseau Natura 2000 permet, via des actions contractuelles, de protéger des milieux ou des espèces. Ces contrats, réalisés avec des propriétaires ou gestionnaires de milieux naturels, sont en lien avec les objectifs de conservation du Document d’Objectif (DOCOB).

Les contrats Natura 2000 et les partenaires

Les actions de gestion du réseau Natura 2000 sont des actions contractuelles. Un propriétaire ou un gestionnaire est indemnisé pour mettre en place un aménagement favorable à la biodiversité. Ces contrats sont financés par des fonds nationaux et européens dédiés à Natura 2000. Par exemple, dans le cadre de « contrat bois sénescent », un propriétaire forestier s’engage à ne pas couper certains arbres pour protéger la biodiversité forestière. Il est ensuite indemnisé pour compenser la perte économique engendrée par ces mesures.

En Sainte-Baume, une multitude de partenaires peuvent être en mesure de porter un contrat avec le Parc. L’Office National des Forêts (ONF), en tant que gestionnaire de 50% des sites forestiers du territoire, est le partenaire le plus important. Ensuite, viennent les conseils départementaux, les communes, les propriétaires privés, les fédérations de chasse du Var et des Bouches-du-Rhône, etc.

Quelques exemples de projets menés actuellement

Ré-ouverture d’une ancienne plantation de Cèdres

Sur la commune de Mazaugues (Var), les milieux ouverts des crêtes sont un habitat naturel protégé et très fragile. Cependant, des cèdres y ont été plantés dans les années 80, suite à une forte politique de reboisement à cette période. Aujourd’hui, l’ONF, gestionnaire de cet habitat, souhaite rouvrir ce milieu pour restaurer les pelouses et landes présentes sous ces cèdres. L’outil contractuel de  Natura 2000 permet ainsi aux gestionnaires de réaliser ces travaux de restauration, favorables à de nombreuses espèces (rapaces, papillons, lézards…), sans engager de frais supplémentaires.

Ouverture de milieu sur une zone pastorale

En partenariat avec l’ONF, le Centre d’études et de réalisation pastorales Alpes Méditerranée (CERPAM) et le Parc, la fédération départementale de chasse du Var a mis en œuvre un projet d’ouverture d’anciennes prairies de pâturage aujourd’hui envahies par les genêts d’Espagne. Ce projet permettra de renforcer le pastoralisme sur cette zone et d’entretenir le milieu. De plus, il aura des retombées positives pour la biodiversité (papillons et autres insectes, chauves-souris, rapaces, passereaux).

Mise en défens d’habitats d’espèces d’intérêt communautaire

La forêt domaniale de la Sainte-Baume est une forêt à fort enjeu écologique de par la maturité du peuplement forestier. Elle est propice au développement de coléoptères rares et protégés se nourrissant du bois mort, comme le Taupin violacé ou le Lucane Cerf-Volant. Plusieurs arbres emblématiques du site (Héraclès, Merlin, Les trois chênes) présentent des habitats à fort potentiel pour ces insectes, il est important de les conserver pour assurer leurs maintiens.  Cependant, cette forêt présente également de forts enjeux touristiques et accueille une densité importante de promeneurs. Ces arbres présentent un important risque de chutes de branches et mettent en danger les visiteurs.

Pour assurer la conservation de ces habitats et la protection des visiteurs, le Parc, dans le cadre du partenariat “Forêt d’exception®” avec l’ONF, a comme projet de réaliser une mise en défens de ces arbres (interdiction de s’approcher) pour éviter tout accident.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×