Veille territoriale

Au vu de l’actualité associative et des démarches entreprises par le collectif citoyen anti-carrière de Mazaugues, il est temps de rappeler la position défavorable du Parc sur ce projet. Dès 2012, en période de préfiguration, les élus de ce qui allait devenir le futur Parc naturel régional de la Sainte-Baume s’étaient positionnés à l’unanimité contre l’ouverture de cette carrière dont le projet menace la ressource en eau et va à l’encontre des principes relatifs à l’implantation de carrières définie par la Charte (motion du 22 juin 2012). La Charte de Parc étant un acte administratif postérieur à l’arrêté préfectoral d’autorisation d’exploiter n’a cependant aucun pouvoir légal sur ce projet.

Depuis, le soutien à la commune de Mazaugues a été réaffirmé publiquement par Michel Gros, Président du Parc, mais également dans 3 autres motions :

Plus de 10 années de procédures judiciaires ont opposé la municipalité de Mazaugues et l’association Environnement Méditerranée à la Société Provence granulats et l’Etat. Malgré les nombreux recours judiciaires s’appuyant sur les avis de spécialistes de l’environnement et de l’eau qui font ressortir un grand risque pour cette ressource, le carrier a été autorisé par l’Etat à exploiter le site… au grand dam des défenseurs et amoureux de cet écrin de nature.

Afin préserver les masses d’eau souterraines considérées comme stratégiques pour l’alimentation en eau potable et l’intérêt écologique, social, touristique et économique de la rivière Caramy, le Parc soutient les démarches du collectif citoyen qui manifeste la désapprobation civile de ce projet et qui a lancé une pétition en ligne https://agir.greenvoice.fr/petitions/non-au-projet-de-carriere-a-mazaugues-non-a-la-pollution-de-la-plus-grande-reserve-d-eau-du-var. Les élus réaffirment ainsi leur volonté de ne faire prendre aucun risque à la ressource en eau, aux habitants, au milieu et aux espèces (notamment de chiroptères) présentes sur ce site Natura 2000 et déplorent formellement la mise en service de cette carrière. 

Le Parc tient à saluer l’avis rendu par la Mission régionale d’autorité environnementale (MRAe) qui recommande la réactualisation de l’étude d’impact des deux centrales d’enrobage sur le site de la carrière de Croquefigue. Suite à la sollicitation des services de l’Etat, le Parc a contribué à l’élaboration de cet avis.

A deux reprises, le Parc a apporté son soutien à la commune de Signes (motion du 26 novembre 2015) et à l’association Signes Environnement (motion du 10 juillet 2019) contre ce projet qui a par ailleurs également reçu en 2016 un avis défavorable de la commission d’enquête publique. Le Parc se félicite de cette demande de réévaluation des impacts environnementaux du projet et reste vigilant quant aux suites qui seront données à ce dossier.

-->

Au vu de l’actualité associative et des démarches entreprises par le collectif citoyen anti-carrière de Mazaugues, il est temps de rappeler la position défavorable du Parc sur ce projet. Dès 2012, en période de préfiguration, les élus de ce qui allait devenir le futur Parc naturel régional de la Sainte-Baume s’étaient positionnés à l’unanimité contre l’ouverture de cette carrière dont le projet menace la ressource en eau et va à l’encontre des principes relatifs à l’implantation de carrières définie par la Charte (motion du 22 juin 2012). La Charte de Parc étant un acte administratif postérieur à l’arrêté préfectoral d’autorisation d’exploiter n’a cependant aucun pouvoir légal sur ce projet.

Depuis, le soutien à la commune de Mazaugues a été réaffirmé publiquement par Michel Gros, Président du Parc, mais également dans 3 autres motions :

Plus de 10 années de procédures judiciaires ont opposé la municipalité de Mazaugues et l’association Environnement Méditerranée à la Société Provence granulats et l’Etat. Malgré les nombreux recours judiciaires s’appuyant sur les avis de spécialistes de l’environnement et de l’eau qui font ressortir un grand risque pour cette ressource, le carrier a été autorisé par l’Etat à exploiter le site… au grand dam des défenseurs et amoureux de cet écrin de nature.

Afin préserver les masses d’eau souterraines considérées comme stratégiques pour l’alimentation en eau potable et l’intérêt écologique, social, touristique et économique de la rivière Caramy, le Parc soutient les démarches du collectif citoyen qui manifeste la désapprobation civile de ce projet et qui a lancé une pétition en ligne https://agir.greenvoice.fr/petitions/non-au-projet-de-carriere-a-mazaugues-non-a-la-pollution-de-la-plus-grande-reserve-d-eau-du-var. Les élus réaffirment ainsi leur volonté de ne faire prendre aucun risque à la ressource en eau, aux habitants, au milieu et aux espèces (notamment de chiroptères) présentes sur ce site Natura 2000 et déplorent formellement la mise en service de cette carrière. 

Le Parc tient à saluer l’avis rendu par la Mission régionale d’autorité environnementale (MRAe) qui recommande la réactualisation de l’étude d’impact des deux centrales d’enrobage sur le site de la carrière de Croquefigue. Suite à la sollicitation des services de l’Etat, le Parc a contribué à l’élaboration de cet avis.

A deux reprises, le Parc a apporté son soutien à la commune de Signes (motion du 26 novembre 2015) et à l’association Signes Environnement (motion du 10 juillet 2019) contre ce projet qui a par ailleurs également reçu en 2016 un avis défavorable de la commission d’enquête publique. Le Parc se félicite de cette demande de réévaluation des impacts environnementaux du projet et reste vigilant quant aux suites qui seront données à ce dossier.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×